Notice historique sur Curbigny (dernière partie)

Bureau de charité et ses revenus
Le Bureau de bienfaisance de Curbigny fut établi légalement le 19 janvier 1817 pour la distribution des ressources crées par la charité en faveur des pauvres. Ce Bureau se compose de cinq membres dont le maire et le curé sont membres de droit. Les bienfaiteurs qui ont légué des fonds à cette fin sont :

  • Monsieur Claude Comte curé (…) Il légua aux pauvres de Curbigny un capital de 1200 francs. Il fonda en même temps un lit à l’hôpital de Charolles pour les malades indigents de Curbigny et de Plessy.
  • Monsieur Jacques Charvet curé de Curbigny (…)
  • Monsieur Louis rené Boucher, jardinier de Drée pendant 17 ans, décédé à Changy, département de la Loire, d’une chute de voiture [le 4 août 1836]. En son testament du 17 juin 1836, il légua un capital de 1400 francs. Monsieur Boucher, célibataire sans parents connus, n’avait rien d’abord. Mais par son travail et son économie, il avait acquis de ses gages de jardinier quelques épargnes. Malheureusement, l’esprit d’intérêt le porta à les grossir en les prêtant à usure. Frappé à mort par sa chute de voiture, il rentra en lui même et, désireux de mourir en bon chrétien, il voulut réparer ses torts. Il remboursa à tous ses créanciers ce qu’il avait illégitimement perçu d’eux et le reste il voulut le donner à la commune de Curbigny où il avait vécu 17 ans et qu’il aimait, bien qu’il en fut sorti depuis plusieurs années. En donnant ses 1400 francs au Bureau de bienfaisance, il se réserva une grande messe chaque année et à perpétuité pour le repos de son âme. Cette messe se paye 3 francs par ledit Bureau. (…)

Ecole chrétienne

En 1855,  mademoiselle Alix de Tournon ouvrit à ses frais une école pour l’instruction des enfants de la paroisse et confia cette école aux Sœurs de la Sainte Enfance de Chauffailles, en fournissant le local. Mademoiselle de Tournon voulut encore ajouter à sa bonne œuvre une somme annuelle de 300 francs . Enfin, elle compléta le tout par un dépôt de linge, draps, chemises à prêter aux malades indigents. En créant cet établissement, mademoiselle de Tournon s’en réserva la propriété.

 1972photo de classe

L’œuvre de mademoiselle de Tournon en 1972

 

Autres articles : château de la Bazole et ses propriétaires, château de la Clayettte et ses propriétaires, notaires à Curbigny

« Fin de ce livre 1869, Lespinasse curé scripsit »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s