Remède révolutionnaires

Il y avait dans le hameau de Têtenoire, à Saint Racho, une femme qui se traînait dans une langueur qui faisait peine à son entourage. On avait tout essayé, toute la panoplie des simples et même les gestes magiques d’une vieille femme d’un hameau voisin.

Il fallut bien se rendre chez le « chirurgien » de la Clayette pour la remettre sur pied.  Il recommanda la préparation suivante :

Un demi-gros de teinture de castor (*)
Deux onces d’eau de fleurs d’oranger
Deux onces d’eau de mélisse
Dix gouttes d’éther vitriolique (**)
Demi once de sirop de guimauve

Mêler pour une potion à prendre par cuillerées toutes les deux heures

Le médecin écrivit  cette prescription sur un bout de papier qu’il trouva sous sa main et demanda qu’on aille chez l’apothicaire faire préparer le remède.

 

La famille présenta le précieux document au spécialiste qui resta un moment surpris en lisant :

1789remede recto verso1 

Sa livrée offre aux yeux les plus tendres couleurs
Ce sont des guirlandes de fleurs
Laissons-lui son arc, son flambeau
Puisqu’il faut réformer, refermons-lui les ailes
Empruntons seulement quelques temps son bandeau
Pour de ce siècle affreux nous cacher les querelles

C’est en retournant le papier qu’ il trouva le texte de la préparation qu’il devait faire.

 

Le médecin était-il aussi poète ? Son remède, établi le 9 décembre 1789, peut aussi suggérer que ce poème avait un sens particulier dans ce contexte révolutionnaire…

(ref J 146 AD71)

(*)La teinture de castor est un tonique qui a pu être prescrit ici pour une « affection hypocondriaque »

Ceux qui, flattés de leurs faux talents, se croiront réellement malades, et avoir besoin de la médecine qui ne peut guère les soulager, nous les renvoyons aux articles du spasme, des convulsions, de la tension, de l’épilepsie, du vertige, de la fureur utérine, de l’affection hypocondriaque et hystérique, et nous leur enjoignons d’user des remèdes purgatifs, des amers, des apéritifs combinés avec les tonique : la teinture de castor, le syrop de karabé, les pilules de cachou, de Wildegansius & la liqueur minérale d’Hoffman sont leur ressource.
D’après l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, « encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers » :

(**) On sait que l’éther vitriolique est un des produits de la distillation du mélange de l’esprit-de-vin, et de l’acide vitriolique. Il semble que l’éther n’est autre chose que le principe huileux de l’esprit-de-vin  séparé par l’intermède de l’acide vitriolique.

ether.jpg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s