On n’est pas des imbéciles, on a même de l’instruction…

En 1842, l’école privée de Curbigny est tenue par madame Sermet, institutrice sans brevet qui enseigne aussi à Colombier, ce qui veut dire qu’elle n’assure pas l’école tous les jours.

D’après le rapport de l’inspecteur, le local est détestable, l’enseignement est médiocre, les élèves sont peu surveillés (alors qu’à Gibles, ils sont surveillés par le maire – jamais par le curé, précise le rapport). Malheureusement, à Curbigny, « le maire est négligent pour l’instruction primaire. »

En 1851, l’institutrice a changé : Jeanne Marie Fayard, née à Gibles en 1825, assure maintenant l’enseignement, toujours sans brevet. Les livres employés sont passables mais l’école est bien tenue, l’éducation assez bonne. Le local est peu aéré et trop sombre.  A la fin de l’année, l’institutrice est partie (elle a dû passer le brevet). Elle est remplacée par sœur St Hugues de la congrégation de l’Enfant Jésus du Puy, mademoiselle Pierrette Vernay dans le civil, née le 11 avril 1830 à Vauban. Elle a un an d’ancienneté. Les livres employés sont de meilleure qualité et l’école est bien tenue, l’enseignement est bon, la conduite idem. Le rapport précise que c’est une école de filles.

On peut se demander quel bâtiment abritait l’école privée de filles puisque, d’après les écrits du curé de Curbigny, mademoiselle Alix de Tournon ouvrit à ses frais, en 1855 seulement, une école pour l’instruction des enfants de la paroisse et confia cette école aux Sœurs de la Sainte Enfance de Chauffailles, en fournissant le local. Peut-être une erreur du curé puisqu’on lit ailleurs que la commune dispose d’un bail avec madame la comtesse de Tournon depuis le 1er septembre 1853…

1884plan-ecole-libre2
plan de 1884 de l’école privée

 

Un siècle plus tard, fermeture de l’école…

ext-rue1

 

Pour les garçons, l’école publique :  on dit que l’école se trouvait dans la maison d’habitation que louait l’instituteur, une maison suffisante pour un ménage mais mauvais local pour la classe, humide, non aéré, malsain et sans préau. Un changement de local est souhaitable mais « les autorités locales sont peu disposées. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :