1815, vol de l’Aigle (2e partie)

C’était le 13 ou 14 juin 1815 (Leclerc veut dire mars, mais le jour ne correspond pas non plus car l’Empereur sera à Mâcon le 13 mars au soir) à Chalon sur Saône lorsque, anciens camarades et officiers à demi-solde comme moi réunis au café, nous apprîmes en même temps la confirmation de la nouvelle du retour de l’Empereur et l’arrivée d’une batterie d’artillerie venant d’Auxonne pour s’opposer à son passage.

La population chalonnaise dans le délire de la joie et animée par notre exemple s’arma spontanément et alla à la rencontre du détachement d’artillerie  qui  arrivait à Chalon. On s’inquiéta du véritable but de leur arrivée et, après transaction amiable de part et d’autre, les chefs commandant la batterie consentirent à confier la garde de leurs pièces à l’artillerie bourgeoise de la ville. Tout se passa avec la plus parfaite convivialité. Puis, peu d’instants après, on voyait confondus bras dessus bras dessous artilleurs et habitants de la ville.

Ce fut après cela et dans la soirée de ce jour que je me rendis à Saint Ambreuil, mon domicile à 2 lieues de Chalon et un demi kilomètre de la route de cette ville à Lyon où je m’occupais de mettre mes armes en état et de faire mon porte manteau. Le lendemain, je montais à cheval pour aller à la rencontre de l’Empereur.

A peine eus-je fait 4 kilomètres que je rencontrais dans un cabriolet un officier supérieur qui fit arrêter lorsque je fus arrivé jusqu’à lui et qui me dit :
« où allez-vous monsieur l’officier ? ».
« Je vais au devant de l’Empereur. »
« Hé bien, il vient coucher ce soir à Mâcon, hôtel du Sauvage »
« Merci mon Colonel. Bon voyage, vous trouverez à Chalon des amis qui l’attendent. »

l'hôtel du sauvage

Arrivé dans la petite ville de Tournus, tout y était en effervescence de joie. J’y vis nombre de mes amis entre autres le marquis de Montcroc qui s’occupait déjà d’improviser une garde d’honneur à cheval et qui me fit promettre qu’après que j’aurai vu l’Empereur de revenir à Tournus où l’on m’attendrait pour le banquet qui aurait lieu en l’honneur de son heureux retour.

Je franchis en 2 heures les six lieues qui séparent Tournus de Mâcon où j’arrivais peu de temps après l’Empereur, où j’eus grande peine d’arriver tant la foule était grande et compacte. Il me demanda d’où je venais, il me questionna ensuite sur ma position et si mon intention était de reprendre service et de le suivre jusqu’à Paris. Sur mon affirmation, il me dit « c’est bien ! allez trouver le comte Drouot qui vous inscrira sur le contrôle d’une compagnie d’officiers qui me suivent. Il vous dira ce que vous aurez à faire.

Je saluais sa Majesté et pendant tout le temps que je régularisais ma nouvelle position, mon cheval avait eu le temps de reprendre haleine et de se rafraîchir. Je le montais et je revins joindre mes amis qui m’attendaient à Tournus.

Le lendemain, nous montâmes à cheval à 6 heures et nous marchâmes à la rencontre de l’Empereur que nous trouvâmes à ¾ de lieue de la ville où nous l’escortâmes jusqu’à la limite du territoire où l’Empereur fit faire halte pour remercier ces Messieurs. Là, je rencontrais le capitaine Vanto de Chalon accouru comme moi à la rencontre de l’Empereur. L’un et l’autre, bien montés, nous nous plaçâmes pendant le trajet jusqu’à Chalon à chacune des portières de la voiture où étaient l’Empereur, le comte Bertrand, le comte Drouot et un autre personnage que je ne connaissais pas.

Dans cette marche triomphale où l’on voyait la route sillonnée d’une foule de troupes de toutes armes et d’officiers de demi-solde ainsi que des masses d’habitants des campagnes qui arrivaient de droite et de gauche de la route et saluaient la bienvenue de l’Empereur. Ce spectacle ravissant transportait tout le monde de délire et de joie ! Enfin tous étaient dans l’ivresse.

A SUIVRE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :