In memoriam

Philippe Durix, né en 1788 à Saint Racho, dont n’avait pas voulu l’armée en 1808 parce qu’il était trop petit (1,50 m), était pourtant réputé mort en activité ;  motif qu’invoque son frère cadet en 1823 pour être exempté.

Philippe avait en effet été rappelé à la faveur du décret du 9 octobre 1813. Il partit le 20 novembre pour le dépôt général de Nancy avec un détachement de 220 conscrits qui y arrive le 5 décembre. C’est tout ce qu’on savait.

Le destin de ce jeune laboureur est maintenant connu, c’est bref :

Le 16 décembre 1813, il est incorporé dans le 4e Régiment de Voltigeurs, 1er bataillon, 4e compagnie .

voltigeur

Le 31 janvier 1814, il est porté comme « en arrière »… et ne reparaît pas.

1814Philippe en arrière

 

Philippe était un « Marie-Louise », surnom donné aux 120 000 conscrits français rappelés par le décret du 9 novembre 1813 signé par l’impératrice-régente Marie-Louise.

Sur les 212 conscrits de son détachement arrivés à Nancy (8 avaient déserté en route), moins de dix sont encore vivants en juillet 1814…

Après que les armées alliées contre Napoléon aient traversé le Rhin, début 1814, la « campagne de France » débuta par les combats de Saint-Dizier le 27 janvier, et Brienne le 29 janvier (3 à 4 000 soldats français tués, disparus ou blessés ce jour-là).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s