Sales boches !

Le 11 novembre 1914, à la gare de Paray le Monial.

gare-paray

Il y avait là monsieur le Directeur de l’usine de carrelages céramiques de la ville

musee-charnoz
photo Musée Paul Charnoz

Il discutait avec deux messieurs des procédés de l’armée allemande. La salle des pas perdus n’était peut-être pas le meilleur endroit pour ça, en ce moment je veux dire… Passe par là Claude Dury (connais pas) :

– Ah, sûr ! vous devez bien savoir comme cela se passe puisque vous dirigez une maison allemande. Votre nom, d’ailleurs, hein Retgen…

Stupeur du directeur…

– Ben quoi, ajoute le père Dury (71 ans), vous avez demandé la naturalisation, vous avez fait votre service en France… (il n’y a pas de fiche matricule à ce nom en Saône et Loire, il a peut-être fait son service en Alsace !)

Quelques jours de réflexion, un peu plus même, et le 5 janvier suivant, papier bleu pour le père Dury cité devant le tribunal correctionnel de Charolles.

– Oui, je confirme, j’ai bien dit ça… mais ça n’est pas une diffamation, c’est la vérité.

– Nous sommes en guerre contre l’Allemagne, monsieur Dury, lui rétorque le juge. Le fait de dire à quelqu’un qu’il est à la tête d’une maison allemande, donc qu’il obéit à des patrons allemands, c’est lui imputer un grave manquement aux devoirs dont il est tenu envers la patrie française !

– Je ne vois pas.

– C’est ainsi. Maintenant, prétendre que cette personne est naturalisée est de nature à laisser planer un doute sur la sincérité de son attachement à la patrie. Je vous le répète, nous sommes en guerre !

– Mon client se serait trompé, intervient maître Laneyrie son avocat ? Monsieur Retgen est-il français de naissance  ?

Pas de réponse.

– Vous ne pouvez nier que vos imputations diffamatoires ont été faites avec l’intention de nuire, poursuit le juge.

Que répondre ? Le père Dury regarde son avocat qui fait le dos rond. C’est une présomption de culpabilité…

– Vous n’avez obéi à aucun intérêt sérieux, pressant ou légitime, précise le juge.

– J’ai retiré mes paroles, proteste Claude Dury.

– En partie seulement, et après que monsieur le directeur, en vives protestations, vous ait demandé si vous étiez disposé à répéter vos propos devant un magistrat de l’ordre judiciaire !

C’est vrai qu’une telle menace oblige à un peu de prudence…

Le juge condamna le père Dury à 100 francs de dommages-intérêts. Le pire c’était l’insertion du jugement dans trois journaux.

Deux ans plus tard… changement de décor. La guerre a fait de nombreuses victimes, la germanophobie a peut-être gagné les tribunaux ?

Le 10 octobre 1916, le receveur de l’enregistrement de Paray qui officie à Palinges s’adresse à la femme du directeur du dépôt d’engrais de Saint Gobain (lequel est mobilisé à la sous-intendance militaire de Roanne, pas trop loin) :

– Vous êtes une mauvaise Française ! Tous les boches ne sont pas en Allemagne… Votre mari n’est pas sur le front, il n’est pas sous les balles. Il a bien de la chance d’être mobilisé dans une usine.

A la décharge du receveur qui tenait ces propos assez vifs, en tout cas peu amènes, il faut préciser que ladite femme de directeur venait de refuser qu’on réquisitionne un wagon qu’on venait de charger de foin pour l’armée.

– On ne peut nier, déclare le juge, que le service dans une usine, à l’arrière, présente plus de confort et moins de périls que le service au front. Même si c’est aussi utile à la défense nationale…

– Je ne le conteste pas, répond le receveur. Je m’adressais à madame qui faisait des difficultés pour approvisionner l’armée du front, justement. En précisant que l’expédition dont j’avais la charge en tant que secrétaire de la commission de ravitaillement ne pouvait être différée.

– Le tribunal appréciera.

– Par ailleurs, circonstance aggravante, le wagon refusé avait déjà été utilisé précédemment et était à disposition depuis un certain temps.

Le directeur et madame seront déboutés.

Un détail intéressant : le jugement comporte une trentaine de lignes rayées, copiées par erreur d’un autre jugement dans lequel la femme X est traitée de « peau », « salope ». Lapsus révélateur du scribe de service ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s